Que vous soyez salarié (du public, du privé, en CDI, en CDD, en intérim) ou bien demandeur d’emploi, différents organismes peuvent être sollicités afin de prendre en charge tout ou partie de votre formation. Les plus connus d’entre eux sont les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés). Un employeur cotise à un OPCA qui dépend de sa branche professionnelle. L’OPAC en question est chargé de financer les besoins en formation des salariés. En fonction de votre situation plusieurs moyens s’offrent à vous, renseignez-vous !

Voici quelques dispositifs d'aide au financement

Le Compte Personnel de Formation (CPF)

Le CPF remplace depuis début 2015 au DIF (Droit Individuel à la Formation). Les salariés, les demandeurs d’emploi et les jeunes sortis du système du scolaire ont désormais droit au CPF dès l’âge de 16 ans.

Le DIF était lié à un contrat de travail, ce n’est plus le cas avec le CPF. Désormais vous allez acquérir des heures quelle que soit votre situation, salarié ou demandeur d’emploi. Ces heures vous accompagneront tout au long de votre carrière professionnelle, même si votre situation change avec le temps. Vous pouvez maintenant cumuler jusqu’à 150 heures : 24 heures par an sur les 5 premières années et 12 heures par an sur les deux ans et demi qui suivent.

Le Congé Individuel de Formation (CIF)

Le congé individuel de formation (CIF) est le droit de s’absenter de son poste de travail pour suivre la formation de son choix.

Pour en bénéficier, le salarié doit remplir certaines conditions et présenter sa demande à l’employeur. Le salarié peut bénéficier sous certaines conditions, d’une prise en charge de sa rémunération et des frais liés au congé de la part de l’organisme paritaire collecteur agréé au titre du CIF (OPACIF) ou encore d’organismes dont la compétence est limitée à une entreprise ou un groupe d’entreprises (AGECIF).

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP)

Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP), s’adresse aux salariés dont le licenciement économique est envisagé dans une entreprise non soumise à l’obligation de proposer un congé de reclassement.

Ce contrat, d’une durée maximale de 12 mois, a pour objet l’organisation et le déroulement d’un parcours de retour à l’emploi, le cas échéant au moyen d’une reconversion ou d’une création ou reprise d’entreprise.

Pendant la durée de ce contrat, et en dehors des périodes durant lesquelles il exerce une activité rémunérée, le titulaire du CSP perçoit une « allocation spécifique de sécurisation professionnelle » (ASP) égale à 80 % du salaire journalier de référence (soit à peu près l’équivalent du salaire net) pour les salariés justifiant d’un an d’ancienneté dans l’entreprise.

L'Aide Individuelle à la Formation (AIF)

L’aide individuelle à la formation (AIF) permet de financer, dans certaines situations spécifiques, tout ou partie des frais pédagogiques d’une formation en vue d’un retour durable à l'emploi.

Cette aide s’adresse :

  • aux demandeurs d’emploi suivis par Pôle emploi ;
  • aux bénéficiaires de la convention de reclassement personnalisé (CRP), du contrat de transition professionnelle (CTP) ou du contrat de sécurisation professionnelle (CSP).
L’AIF est mobilisée par Pôle emploi. Le formulaire de demande d’AIF doit être déposé 15 jours calendaires avant le début de formation, signé par le responsable de l’organisme qui la dispense et par le demandeur d’emploi.